IDENTIFIER LES DISCRIMINATIONS POUR MIEUX LUTTER

Que sont les LGBT-phobies ?

L’homophobie est le terme générique employé pour désigner toutes les discriminations ou agressions dont sont victimes les homosexuel(le)s (gays et lesbiennes), les bisexuel-les ou les personnes transidentitaires.

Nous préférerons employer ici le terme de LGBT-phobie, parce qu’il est plus pré- cis. L’acronyme LGBT qui signifie Lesbiennes, Gays, Bis et Trans, désigne ainsi toutes les personnes qui possèdent une identité ou une orientation sexuelle différente des personnes hétérosexuelles. Aussi, parler de LGBT-phobies, plutôt que d’homophobie, permet de regrouper toutes les formes de discriminations ou d’agressions vis-à-vis des personnes LGBT.

Comme le racisme présuppose que certaines couleurs de peaux vaudraient plus que d’autres, les LGBT-phobies postulent que l’hétérosexualité serait supérieure à l’homosexualité, la bisexualité ou la transidentité.

Les manifestations de LGBT-phobies connaissent une grande variété, allant de la blague sur les «pédés», jusqu’au meurtre, en passant par les insultes, les coups et toutes sortes de discriminations dans l’accès aux services par exemple. Elles peuvent être insidieuses ou revendiquées selon les motivations de leurs auteurs.

Comment les prévenir ?

Les injures à l’école, les discriminations au travail, les agressions dans la rue, les propos LGBT-phobes sur internet, certaines inégalités persistant dans la loi : tout cela existe bel et bien. L’actualité nous rappelle à quel point les LGBT-phobies restent violentes dans la société française.

Malheureusement, l’une des réactions les plus courantes concernant les LGBT-phobies est le déni même de leur existence : en prendre conscience, c’est déjà les faire reculer.

Malgré certains progrès, la route vers l’égalité totale effective est encore longue.

 La première forme de lutte est individuelle :

  • en intervenant lorsque vous êtes témoin d’un acte ou de propos LGBT-phobes, et en appelant les secours face à une situation difficile ou dangereuse.
  • en accompagnant et réconfortant les victimes.
  • en signalant les agressions à la police, le silence étant la meilleure protection des agresseurs.

« Tout comme le racisme ne concerne pas que ses victimes, nous sommes tous concernés pour faire reculer les discriminations et les violences qui frappent les personnes LGBT. C’est chacune et chacun d’entre nous qui faisons la société dans laquelle nous vivons ! »