Dorrie Lane, la femme qui a décoincé l’Amérique

Avec sa «Wondrous Vulva Puppet», une marionnette en forme de vulve géante, l’activiste féministe Dorrie Lane lutte depuis vingt-cinq ans contre l’obscurantisme sexuel.

On dirait un petit coussin paré de grandes et de petites lèvres pulpeuses, recouvertes de velours et de satin. Si les couleurs éclatantes, les petites perles et autres roses en satin qui ornent la «Wondrous Vulva Puppet» de Dorrie Lane prêtent d’abord à sourire et pourraient facilement la faire passer pour un drôle d’objet décoratif destiné à atterrir sur le canapé d’une riot grrrl, il s’agit pourtant d’une véritable leçon d’anatomie sexuelle en 3D.

La vulve dans sa totalité

Rien ne manque à l’appareil génital de cette étonnante marionnette, qu’il s’agisse du clitoris imposant pointant sous son capuchon satiné, du vagin en velours dans lequel on peut plonger la main ou du point G, matérialisé par du satin froissé imitant son aspect rugueux.

«Je m’y connais très bien en anatomie pour avoir passé des heures à lire des encyclopédies médicales quand je gardais les enfants d’un médecin, alors que j’étais adolescente. Et je trouve qu’il est très important de montrer la vulve dans sa totalité, explique Dorrie Lane. J’ai lu qu’en France, une chercheuse a créé un clitoris en 3D, avec les bulbes et les branches, pour enseigner l’anatomie sexuelle aux enfants. Mais si on veut qu’ils comprennent, il faut leur montrer toute la vulve. Récemment, quelqu’un m’a d’ailleurs demandé si je pouvais créer une marionnette avec un clitoris amovible, afin de pouvoir montrer les branches internes du clitoris. J’ai refusé, car j’estime qu’il est plus important de les sentir que de les voir.»

 

0 comments on “Dorrie Lane, la femme qui a décoincé l’AmériqueAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 3 =