La plus grande maison de retraite gay-friendly prend forme à New York

Arrivés à l’âge de la retraite, certains reprennent la direction du placard pour éviter d’être harcelés en résidences pour seniors. Mais la « grosse pomme » a un projet d’envergure pour proposer un toit accueillant et abordable à la « génération Stonewall« .

Le début des travaux ne devrait plus trop tarder. Annoncé en grande pompe au printemps 2016, le projet immobilier mené par SAGE, plus ancienne association américaine dédiée aux aînés de la communauté LGBT, a été confirmé en juillet dernier pour un démarrage le mois suivant.

New York SAGE seniors LGBT maison de retraite
L’association SAGE prenant part à la Pride durant les années 70 – crédit photo @sageusa/Twitter

Une population vulnérable

Souvent sans enfants pour les soutenir, parfois sans famille pour les accompagner depuis leur coming-out, les homos, les intersexes et les trans vieillissants rencontrent de nouvelles difficultés. Selon le site LGBTMap, un tiers d’entre eux vit sous – parfois jusqu’à 200% – le seuil de pauvreté fédéral des États-Unis. Plus précaires, mais aussi plus isolés. D’après l’association anglaise Stonewall, les hommes âgés homos seraient massivement (trois fois) plus célibataires que leurs homologues hétéros, accentuant encore leur dépendance.

Pour beaucoup, le lourd souvenir de la pénalisation de leur orientation sexuelle en tête, la crainte de parler de leur vie sentimentale avec des aidants ou des voisins de chambre demeure. Ils enfilent parfois le costume de « l’hétérosexualité » après s’être battus toute une vie pour être eux-même. En 2014, SAGE constatait d’ailleurs que 48% des seniors LGBT seraient victimes de discriminations lorsqu’elles ou ils postulent pour une résidence senior.

En 2015, l’association lance l’Initiative nationale pour le logement des aînés LGBT (National LGBT Edler Housing Initiative). Chicago, Philadelphie, Los Angeles ou San Francisco donnent le rythme en se munissant de building consacrés à l’accueil des séniors; New York suit. Grâce à la municipalité et à des promoteurs privés, deux immeubles à loyers modérés vont voir le jour dans cette métropole où le prix de l’immobilier serait 70% plus élevé qu’à Paris.

230 logements sociaux

Un premier bâtiment émergera à Brooklyn en banlieue Est de Manhattan. Composé de 17 étages et égaillé par trois terrasses extérieures, il se découpera en 145 studios et T2, auxquels viendront s’ajouter des espaces partagés. Estimé à 78 millions de dollars, la structure sera de fait la plus grande maison de retraite LGBT-friendly du pays.

New York SAGE seniors LGBT maison de retraite
Aperçu de la future résidence de Brooklyn, à Fort Green – credit photo Marvel Architects

 

L’offre new-yorkaise sera encore gonflée des 84 appartements d’un second immeuble, cette fois-ci situé dans la banlieue nord du Bronx, dont la construction débutera cette automne; ce projet installé devant le Crotona Park coûtera 40 millions de dollars supplémentaires à la ville dont le maire, Bill de Blasio, s’est officiellement engagé contre le mal-logement.

En vertu des lois sur le logement équitable, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre ne pourront être un facteur de sélection des locataires, mais les services sociaux et culturels proposés seront spécialement dédiés à la communauté LGBT pour les attirer en grande majorité. Une partie non négligeable des structures (25% à Brooklyn et 30% dans le Bronx) sera aussi affecté au logement des personnes sans abris, grâce à l’intervention de l’association HELP USA.

 

Vieillir ensemble

« Nous allons veiller les uns sur les autres, être des yeux et des oreilles attentives pour chacun », se réjouit par avance Madama Green auprès du New York Times. Cette femme de 61 ans passe ses journées dans un centre pour seniors, et ses nuits dans les rues de New York. Elle fait partie des 100.000 personnes LGBT de plus de 60 ans à vivre dans cette ville de la côte est.  « Je pense que la compréhension et l’ouverture d’esprit seront légions ici », prédit-elle à l’horizon des constructions.

Les Ingersoll Senior Residences (Brooklyn) et les Crotona Senior Residences (Bronx) devraient ouvrir en mai 2019, gonflant un peu plus le réseau encore trop maigre de résidences arc-en-ciel.

Depuis 10 ans, une structure similaire existe en Suède, à Regnbågen dans la banlieue de Stockholm. Une centaine de résidents et une liste d’attente qui s’allonge sur 60 personnes coiffent de succès cette expérience pionnière en Europe.

En France, l’association Basiliade et la jeune Grey Pride poussent les murs pour la mise en place de logement partagés entre personnes âgées LGBT. Une initiative qui fait drôlement écho à celle de Thérèse Clerc, militante féministe et lesbienne qui inventa la Maison des Babayagas en 2003 : une colocation inclusive et autogérée pour femmes seniors, en plein cœur de Montreuil.

0 comments on “La plus grande maison de retraite gay-friendly prend forme à New YorkAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq − trois =