Association Orizon : les discriminations sur le devant de la scène pour changer les mentalités

Ce mardi 17 mai 2016, les associations RIVES et Orizon soutiennent conjointement l’IDAHOT, ou la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Plusieurs actions de sensibilisation sont prévues, organisée par les deux structures. Parmi les temps forts de cette journée, la signature d’une charte destinée à la presse, intitulée « les médias contre l’homophobie », ainsi qu’une session d’improvisation théâtrale dans la rue Maréchal Leclerc, à Saint-Denis. Au milieu de la foule, des comédiens mettent en scène des situations discriminatoires, jusqu’à 17h00 ce mardi.

Du côté de l’association Orizon, c’est l’art qui est préféré pour sensibiliser à l’homophobie et à la transphobie mais aussi au sexisme et aux discriminations physiques. Après un week-end sous le signe du spectacle au kiosque du Barachois, place au théâtre de rue pour présenter « la discrimination dans tous ses états ». Des acteurs reproduisent des scènes quotidiennes pouvant être discriminantes pour « les personnes qui ne sont pas comme tout le monde » après les explications d’une comédienne. Au coeur de la première scène, l’histoire d’un homme aux longs dreadlocks qui se voit refuser un prêt bancaire à cause de son look. Venu emprunter de l’argent pour monter sa fabrique de glaces artisanales, il subit les railleries des banquières, se moquant ouvertement de lui avant de lui refuser le prêt.

Le public, interpellé par les comédiens de la compagnie La Bagasse, à l’humour noir est ainsi sensibilisé à tous types de discriminations, qu’elles soient sexistes, liées au physique ou à la sexualité.

Par ailleurs, les associations de défense des droits des personnes LGBT (Lesbiennes gays, bisexuels et transgenres) ont procédé à la signature d’une charte adressée aux médias et aux rédactions dans la matinée. Une partie de la presse locale, signataire, s’engage à notamment  » traiter de manière égale les homosexuel(le)s, les bisexuel(le)s, transgenres et les hétérosexuel(le)s, rendre compte de la diversité des population LGBT ou encore à respecter l’ensemble du public » écrit l’Orizon.

Parti d’une initiative au niveau national de l‘association des journalistes LGBT, cette dernière « appelle les rédactions à rejoindre le mouvement, afin de garantir à l’ensemble du public une information de qualité, qui reflète la société telle qu’elle est. ».

Enfin, la journée de lutte contre l’homophobie et de la transphobie se terminera par une conférence-débat sur les thème de la religion, des corps et sexualités. Stéphane Nicaise, prêtre jésuite, anthropologue et vice‐président de l’AREP, Younous Jonas, auteur de « Coach Mohammed » et Swami Adwayananda, représentant de la religion hindouiste animeront le débat à l’hôtel de ville de Saint-Denis, à partir de 18h00.

Dans le même temps, l’association Rive lance la page Facebook Trans Info Réunion, dans le cadre du projet « Transversalité » en collaboration avec l’association Le Refuge et le centre de santé sexuelle du CHU Félix Guyon. Le but est de transmettre de la prévention et de l’information à tous les publics et de créer un réseau communautaire pour les personnes transexuelles et transgenres.

Pour rappel, la journée du 17 mai a été proclamée journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie après que l’Organisation mondiale de la santé ait retiré l’homosexualité du registre des maladies mentales, le 17 mai 1990.

0 comments on “Association Orizon : les discriminations sur le devant de la scène pour changer les mentalitésAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt + vingt =